❤ « L’HOMME QUI MARCHE AVEC LA GUÉRISSEUSE » ❤

« L’homme qui marche avec la guérisseuse » ❤
Screenshot_20200623-093157_Samsung Internet
Quand un homme choisit une femme qui guérit les blessures collectives en suivant sa mission, son OUI pour elle équivaut à un but plus grand qui va au-delà de construire une maison ou d’élever des enfants.
Sa connexion va au-delà du respect des modèles classiques de genre.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Parce que cet homme accepte le travail d’être le dos de cette femme, de l’attraper quand elle ne peut plus transformer la douleur du monde.
Cela signifie accepter une forme différente de sexualité, car la guérison au niveau de la sexualité est l’un des problèmes les plus profonds de la femme qui a besoin de devenir guérisseuse.
Pour lui, il s’agit d’accueillir la lenteur, la douceur et la guérison, de contenir ou de rediriger sa propre impulsion… d’être présent pour l’ensemble, et pas seulement pour son propre besoin.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Parce que quand un homme choisit une femme qui aspire à la liberté, ils ne peuvent y arriver qu’ensemble, en laissant leurs aspects narcissiques et reconnaître le chemin de la femme comme leur propre chemin vers la liberté.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Quand un homme choisit une femme qui est « grande » il ne peut pas rester dans les lieux d’énergie d’oppression ou de petit jeu.
S’il décide d’entreprendre cette mission avec elle, il accepte une tâche qui sert le bien-être de tous les hommes, même si cela arrive comme un contexte.
Dans ce contexte, il crée un espace de sécurité, de la garder en sécurité d’une embuscade élevée par ses propres blessures anciennes, la conduisant à la soumission.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Quand un homme choisit une femme pour sa lueur et sa sagesse, il doit être évident pour lui qu’il ne peut pas rester coincé dans ses propres déficits, et rivaliser avec elle en essayant de diminuer sa lueur…
Juste par contrôle et crainte de la partager avec les autres.
Aucun de nous ne doit rivaliser, mais s’aimer.
divine-union⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Quand un homme choisit une femme qui suit sa mission, il doit perdre la peur de ces mots : respect, humilité et reddition.
Ainsi parcourra le sentier de la divinité – avec sa femme, la guérisseuse – avec gratitude et un cœur débordant.

Parce qu’une telle femme choisira – si elle doit choisir – en faveur du bien-être de toutes les femmes et du monde… et choisira de marcher son chemin seule au lieu de le laisser pour lui.

Cependant, elle est consciente du pouvoir qui se trouve en présence d’un homme qui touche les tambours… pour elle. »

Diane Goudreau
(Via Élie Cingla)

http://www.etrespirituel.com/
🙏🏽🙏🏽🌠🌠💕💕
Namasté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s